• Delgoffe architecture :
  • Delgoffe architecture :
  • Delgoffe architecture :
  • Delgoffe architecture : 01
  • Delgoffe architecture : 03
  • Delgoffe architecture : 05
  • Delgoffe architecture : 06
  • Delgoffe architecture : 08
  • Delgoffe architecture : 09
  • Delgoffe architecture : 10
  • Delgoffe architecture : 11

Delgoffe architecture :  Delgoffe architecture :  Delgoffe architecture :  Delgoffe architecture : 01 Delgoffe architecture : 03 Delgoffe architecture : 05 Delgoffe architecture : 06 Delgoffe architecture : 08 Delgoffe architecture : 09 Delgoffe architecture : 10 Delgoffe architecture : 11

Arsonic

Implanter la salle au premier étage permet de localiser des espaces ouverts au niveau du « passage des rumeurs » et de la Ville de telle sorte qu’il y ait contamination et échanges entre les membres d’ ARSONIC, les musiciens, les passants et l’univers sonore.
C’est ainsi que les bureaux ont été implantés au rez-de-chaussée. Leur localisation garantit la perception permanente d’une activité et assure un accueil convivial.

La proposition vise à faire du « passage des rumeurs » un lieu traversé par les Montois, lieu de rencontres et d’activés. Il semblait dès lors opportun d’y établir l’accès principal à ARSONIC.
Le « passage des rumeurs » est inondé de lumière. Il est source principale de soleil pour les espaces intérieurs.
Il est tour à tour propice au mouvement puis à l’arrêt pour l’écoute quotidienne ou impromptue.
Disponible pour quelques-uns puis au plus grand nombre.

La salle est centrale.
Afin d’accueillir efficacement les différents scenarii d’occupation (250 à 400 spectateurs), ses dimensions sont aussi grandes que possible compte tenu de l’exiguïté de la parcelle.
Sa morphologie est volontairement orthogonale en vue de lui conférer la plus grande modularité tant au niveau du fonctionnement que de la qualité et de la maîtrise de son acoustique.

Les circulations des spectateurs, musiciens et techniciens sont distinctes et multiples dans les différentes configurations.

Un ensemble de lieux diversifiés sont disponibles aux appropriations multiples. L’espace d’accueil et la coursive d’étage peuvent recevoir des expositions, animations ou répétitions.
La salle de répétition peut également être accessible au public pour des concerts et expositions.
Le vide sous la salle principale est l’espace des rencontres entre les zones d’accueil, de répétition, administrative et les studios.



Maître de l'Ouvrage : Ministère de la Communauté française de Belgique
Statut : Concours - 2° place
Stabilité : BEL
Techniques spéciales : BEL
Plasticien : Pierre Toby

Scénographie : Thierry Guignard / Signalétique : EO

Acoustique : ATS



Copyright © 2017 Atelier d’Architecture Daniel Delgoffe